Jersey of the week #5 – Chris Webber, le meilleur looser de l’histoire de la NBA

Malchanceux éternel, looser magnifique C-Webb a marqué une génération comme le joueur capable de tout faire sur une terrain. Poste 4 ultra athlétique et techniquement magnifique Webber est sans aucun doute mon ailier fort préféré. Tradé à Sacramento en 1999, c’est dans la capitale de Californie que notre Chris a été le plus impressionnant, statistiquement comme collectivement. Les kings du début des années 2000 reste comme l’un des plus beau jeu jamais proposé dans la grande ligue.  Aujourd’hui on va parler de deux événements particulièrement marquant dans la carrière de Webber qu’il a connu sous les couleurs noires et violettes.

Sa meilleure saison

A 27 ans Le numéro 4 des Kings est clairement dans son prime. Le jeu proposé par Sacramento est léché, ils inscrivent 101, 7 points par matchs pour finir avec la meilleure attaque de la NBA ( et quand même la 13ème défense)  et 4ème de la NBA. Le Chris est tout énervé et envoie une saison à 27,1 points; 11,1 rebonds; 4,2 assists à 48,1 % de réussite. Il finit 4ème des votes pour le MVP derrière Iverson, Duncan et Shaq. Une saison géniale qui se confirme au premier tour des playoffs mais qui va brutalement se stopper face aux Lakers au second tour par un sweep sec. La domination des Lakers s’illustre parfaitement sur le Game 3 où ils collent un plus 23 aux rois avec 36/7/4 de Kobe et un 21/18 de Shaq. 

Cette saison est donc la meilleure d’un point de vue individuelle pour Webber, qui s’illustre particulièrement ce soir du 5 janvier 2001. Chris pète un cable face aux Pacers, finaliste en titre et leur colle un énorme 51 points, 26 rebonds, 5 passes, 3 interceptions et 2 contres. Tout ça devant son ancien coéquipier du Fab Five Jalen Rose. On vous conseille tous d’aller voir les highlights de ce match sublime, où un C-Webb à son apogée nous montre toute sa palette offensive et son côté all around. 


Le scandale

De retour le couteau aux dents après un méchant sweep les kings avale la saison régulière cul sec. 61 victoires et une première place en NBA les Kings arrivent déterminé en playoff. Chris envoie une saison en 24,5/10/5 mais ne finit que 7ème dans le vote du MVP ( premier scandale on est d’accord ?). L’équipe de Rick Adelman ne perd que 2 matchs pour accéder en finale de conférence et retrouve leurs ennemis de Californie. La série commence bien pour les Kings qui mènent 2-1 à l’entame du 4eme match. Match qu’ils ont en main à la dernière seconde avant de se prendre un shoot assassin de Monsieur Robert Horry. 2 partout. Le match 5 est remporté par les Kings dans le sillage d’un excellent Chris en 29/13 bien épaulé par son pote Mike Bibby qui inscrit 21 points. A l’entame du game 6, les kings veulent en finir à Los Angeles. Apres 3 quarts temps le score est de 75 partout. Les kings sont dans le match, ils peuvent les battre. Mais les Lakers se voient attribué 27 lancers francs en 6 minutes et 34 sur l’ensemble du quart-temps. Des fautes offensives ridicules sifflées à tout va et des coup de coude dans le nez invisible ( n’est-ce pas Kobe?). Le match le plus scandaleux de l’histoire de la NBA, peut être le scandale arbitrale le plus important de l’histoire du sport moderne.Les kings ne peuvent résister à cette dictature arbitrale et les 26 points, 13 rebonds et 8 passes de Chris ne peuvent rien. Les Rois sont abattus mais tentent tant bien que mal de gagner le game 7 à domicile. Le match va tout de même en prolongation mais le rêve s’arrête là.


La capitale de Californie

Capitale de l’Etat de Californie c’est une ville d’environ 500 000 habitants avec une agglomération d’environ 2 500 000. Petite ville des Etats-Unis mais qui serait donc la deuxième plus grosse agglomération française. Fondée en 1848, la ville se développe dans le sillage de la ruée vers l’or. Comme on le voit sur le maillot des Kings, la ville est parfois nommée Sacto ou Sac. Avant les Colons Américains, on pense que la région est habitée par les Nisenan, une ancienne tribu amérindienne. Le Nom de la ville vient du mot Sacrement en espagnol car le potentiel de la ville a été découvert et utilisé par un certain Gabriel Moraga. Dans les années 1850 la ville de Sacramento devient une ville industrielle moderne grâce à l’arrivée du chemin de fer. De nombreux industriels apportent le soutien à la ville et notamment Leland Stanford, fondateur de l’université du même nom. Considérée comme la plus vieille ville de Californie la ville se développe très rapidement pendant 1 siècle. L’activité automobile y est très forte notamment sur l’année 1911 où 75 voitures se vendent chaque jour. L’année sera d’ailleurs baptisée «  Auto Frenzy ». Des courses automobiles sont d’ailleurs organisées dès 1903. Apres la première guerre mondiale Sacto devient une ville renommée pour son industrie aérienne. En bref une ville qui connait un parcours assez classique dans l’ouest américain, qui se développe sur une industrie précise et profite du peu de ville aux alentours pour ramener de plus en plus de monde. Pourtant dans les 60’s connait une perte démographique notable. 

Vue sur Sacramento

D’un point de vue culturel la ville de Sacramento est quand même bien fournie. Déjà du côté sportif au delà des kings il y’a aussi une équipe de Soccer ( Republic FC ) et de Baseball ( River Cats). On retrouve plusieurs événements culturel tel que le festival du film français crée en 2002, c’est d’ailleurs le plus grand événement français de Californie. On retrouve une ribambelle de musée : militaire, histoire de la Californie, indien, art, aérospatial, chemin de fer.. Enfin il y’a aussi des grosses universités comme l’université d’Etat de Californie, université du pacific McGeroge ( université de droit ) ou encore l’American River College. Enfin d’un point de vu musical, la Californie en général et donc Sacto apparait comme le lieu de naissance du gangsta rap de la fin des années 80 jusqu’au années 2000. Bien que LA reste la place forte le combat West Coast contre East Coast prend tout son sens en Californie où LA, SF et SacTo ont joué un rôle déterminant pour la démocratisation du hip-hop. 

Le Golden 1 Center

En résumé, Sacramento est une ville qui me donne réellement envie, pas seulement pour le tourisme mais aussi pour y vivre. Bénéficier du système américain et du dynamisme monstre de la Californie tout en se tenant à l’écart des monstres démographiques que sont  L.A  et San Francisco ( respectivement 18 et 8 millions d’habitants dans leur agglomération) est pour moi un excellent compromis. D’autant plus que d’un point de vue Basketball les kings m’ont toujours attiré grâce à notre ami Webber notamment. En 2019 les fans des kings se régalent devant les jeunes Fox, Bagley et Hield. A coté de tout ça, le climat Californien et la législation de l’Etat sont extrêmement intéressant. Enfin habité à Sacto veut aussi dire se trouver à 8h30 de voiture de Las Vegas, et ça c’est un point non négligeable. 

RETROUVE LE JERSEY DE CHRIS WEBBER SUR MITCHELL & NESS ET SUR AMAZON

romain basquin

Je déteste Kevin Durant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s