Basketball Side Hustles – Episode 3 : Les joueurs de la NBA devenus producteurs hollywoodiens

Après deux premiers volets sur la musique, les Basketball Side Hustles sont de retour, cette fois-ci avec un épisode sur la production de contenu multimédia.

On se concentrera uniquement sur les joueurs de la NBA qui ont participé à la production de séries, films, documentaires, émissions de télévision voire jeux-vidéos.

Voici donc la liste des basketteurs de la grande ligue devenus producteurs.


1. LeBron James

(Photo : NAACP Image Awards)

LeBron James a créé SpringHill Entertainment en 2013, avec son meilleur ami et business partner, Maverick Carter. Le nom reprend en fait celui d’un quartier d’Akron, ville natale de LBJ.

A travers leur société créatrice, les deux hommes veulent contribuer à la culture afro-américaine, parler de thèmes qui leur tiennent à cœur, mettre en valeur des histoires qui méritent d’être racontées et proposer du contenu divertissant au grand public. 

LeBron a déjà plusieurs projets à son actif comme les séries « More Than An Athlete » et « Best Shot » en collaboration avec l’ancien joueur NBA, Jay Williams. Il y a aussi « Shut Up & Dribble » narré par Jemele Hill et qui traite de l’impact croissant des basketteurs en tant que porte-paroles pour les sujets de société ou encore « Student Athletes » , dénonçant l’exploitation des joueurs amateurs par la NCAA et  » What’s My Name : Muhammad Ali »sur le plus grand boxeur de tous les temps. 

Dans son catalogue, on trouve également la comédie « Survivor’s Remorse » et la série « Warriors of Liberty City » sur Starz, ainsi que « Top Boy » , la série à succès de Netflix et « Self-Made », une série inspirée par la vie de Madam C.J. Walker, la première Afro-américaine devenue millionnaire. 

En parlant de réussite financière, en 2015, SpringHill Entertainment (SHE) a reçu une injection de capital d’un montant de 15,8 millions de dollars de la part de Times Warner / Warner Bros. Ce géant du cinéma a d’ailleurs produit le deuxième volet de « Space Jam » dans lequel on verra jouer LeBron. Selon Fast Companies, en 2019, SHE faisait partie du Top 3 des sociétés les plus innovantes (Most Innovative Companies) aprèq après Twitch et Hulu.

D’autre part, LBJ a également mis un pied dans le divertissement, en produisant l’émission « The Wall »  sur NBC (jeu qui avait été adaptée en France sur TF1). En parlant de l’Hexagone, en 2019, SpringHill a produit « La course des champions » sur France 2, émission dans laquelle on a pu voir Teddy Riner.

LeBron James est aussi animateur de son propre show télé sur HBO. « The Shop » est une émission dans laquelle LeBron et Maverick Carter réunissent athlètes, artistes, comédiens et personnalités télé ou publiques chez le barber, afin d’avoir des conversations franches et spontannées sur des thèmes variés.
En fait, il s’agit d’un produit dérivé de sa filiale sportive, « Uninterrupted ». Cette plateforme cross-media et multisport donne la parole aux athlètes. On y retrouve des vidéos sous forme de vlogs / séries documentaires tels que « Rolling With The Champion » et « Built From Concrete », des podcasts comme « Certified Buckets » avec Nick Young, Chiney Ogwumike (WNBA) et Sarunas Jackson. On y retrouve aussi des interviews dans « Kneading Dough »  ou  des documentaires comme « Addicted To Winning », un film traitant du rapport entre les joueurs de football américain et la crise des opioïdes aux Etats-Unis.


Uninterrupted a par ailleurs proposé la série documentaire « The Harder Way » à streamer sur ESPN+. On y suit Penny Hardaway et ses recrues des Memphis Tigers, prospects attendus avec impatience lors de la prochaine draft. 

Au niveau gaming, SpringHill Ent a pris en charge la production et le contrôle créatif de « Sous les feux des projecteurs », dans le mode « Ma Carrière »  de NBA 2K20

LeBron a donc grandement profité de sa proximité avec Hollywood, pour concrétiser ses projets. Parmi ses productions en développement, il y aurait notamment « Brotherly Love » , inspiré du meneur des Sixers, Ben Simmons et « Becoming LeBron James » en collaration avec ESPN Films et Disney XD.


2. Kevin Durant

(Source : ESPN / Thirty Five Ventures)

En 2018, Kevin Durant a créé Thirty Five Media / Ventures avec son manager Rich Kleiman, qui est également agent sportif.

Leur société a pour objectif de proposer plus de contenu relatif au sport sur différentes plateformes audiovisuelles.

Parmi leurs travaux, on compte déjà une collaboration avec le géant de la diffusion vidéo pour aider des athlètes comme Karl-Anthony Towns à créer une chaîne YouTube intéressante et prolifique.

Thirty Five a également proposé « Q Ball », un documentaire sur la San Quentin League pour la série « Magnify » de FOX Sports. Etant alors joueur des Warriors, Kevin Durant souhaitait mettre en lumière cette ligue de basket californienne dont la particularité est d’avoir des détenus de la prison de San Quentin State en tant que joueurs. KD avait été fasciné par le concept et par les histoires de ces hommes, passionnés du ballon orange, tout comme lui.

La société de production de Durant est aussi derrière « A Rise From Coney Island », un documentaire retraçant le parcours atypique de Stephon Marbury, meneur des Nets qui est devenu une idôle pour les fans de basket en Chine.

KD ne compte pas revenir devant la caméra, mais nous verrons tout de même une partie de lui à l’écran. En effet, « Swagger », une série revenant sa vie de lycéen et de joueur de AAU basketball, mettra en avant les hauts et les bas de sa jeunesse. Il n’oubliera pas de parler sa mère, Wanda Durant, qui en tant que « Real MVP » se doit d’être mise en valeur dans la série. Ce projet prévu pour octobre, a été vendu à Apple et sera un partenariat avec Imagine Entertainment et Brian Grazer dans lequel on retrouvera O’Shea Jackson Jr, acteur et fils du rappeur Ice Cube.

Durant et Kleiman ont aussi leur propre émission : « The Boardroom« . C’est un show animé par l’ancien basketteur et consultant, Jay Williams. Diffusé sur ESPN+, il s’agit d’un lieu d’échanges sur le sport, le business et la technologie.  Le format en est à sa deuxième saison et a permis d’aborder des thêmes comme la mode avec P.J. Tucker et Kelly Oubre, le sport féminin avec Lisa Leslie et Lindsay Vonn et de sport business avec Stephen A. Smith, Chris Brickley et Ice Cube.


3. Stephen Curry

(Jeron Smith, Stephen Curry et Eric Peyton, les fondateurs d’Unanimous Media / Photo Credit : Matthias Clamer pour Variety)

Stephen Curry a aussi décidé de se lancer dans la production de contenu. Il a créé Unanimous Media en 2018 avec Jeron Smith, ancien Brand Manager chez Nike, qui a également travaillé à la Maison Blanche sous l’administration Obama et Erick Peyton, un autre exécutif de Nike, devenu Lead Creative pour leur société créatrice.

Contrairement à Charles Barkley, Stephen Curry veut s’ériger comme un modèle pour la communauté et veut se servir de sa notoriété pour avoir un impact positif sur la société.

Les thèmes abordés par Unanimous Media sont la foi, la famille et le sport, trois piliers dans la vie de Curry. 

En 2019, il y a eu la sortie de « Breakthrough », un film racontant l’histoire miraculeuse et vraie de John Smith, un passionné de basket de 14 ans qui, après une chute, se serait noyé dans un lac et aurait été déclaré mort. C’était sans compter sur sa mère Joyce, fervente chrétienne qui après d’innombrables prières, a vu son fils revenir à la vie une heure plus tard.


Ensuite, il y a eu une collaboration d’Unanimous avec Viola Davis et sa société JuVee Productions pour « Emmanuel ». C’est un documentaire traitant de la tuerie de 2015, dans l’Eglise Emmanuel A.M.E. à Charleston, dans l’état natal de Curry, la Caroline du Nord. Cette attaque raciste avait coûté la vie à neuf personnes et notamment celle du Révérend Clementa C. Pinckney. 

Le meneur des Warriors nous a aussi apporté du contenu sportif, notamment à travers son documentaire intitulé « Jumpshot : The Kenny Sailors Story ». Celui-ci retrace le parcours de l’inventeur du fameux jump shot, vu sur tous les parquets.

Curry a aussi produit « Holey Moley », un jeu télévisé mêlant golf et challenges physiques. 

De plus, le double MVP a récemment publié « The Rising : Hoops Origins » sur YouTube. Il s’agit d’un mini-documentaire bilingue (anglais et japonais), dans le lequel on suit Stephen Curry lors d’un voyage sur les terres nippones. Elaboré en partenariat avec Under Armour et Rakuten, ce projet traite du développement de la culture basket au Japon, qui accueillera les JO cet été et auxquels souhaiterait participer le shooteur des Warriors.

Selon The Hollywood Reporter, Unanimous Media développerait une comédie sur un ancien joueur de la NBA pour la FOX. La société de production travaillerait également sur « Signing Day », une fiction sur une femme agent sportive, prête à tout pour signer un prospect.


4. Kobe Bryant

(Vanessa & Kobe Bryant aux Oscars 2018)

Le regretté Kobe Bryant avait fondé Granity Studios (contraction de « Greater Than Infinity ») afin de proposer des créations audiovisuelles originales.

Il avait commencé en 2015, avec son documentaire de 81 minutes intitulé « Kobe Bryant’s Muse ». Celui- ci retraçait l’énorme carrière du Mamba, qui avait passé 20 saisons sous les couleurs des Lakers.

En 2018, Kobe nous avait régalé de son excellent court-métrage « Dear Basketball », qui lui avait valu de recevoir un Oscar. Ce film d’animation était inspiré par la lettre d’amour pour son sport que le Mamba avait écrite pour le compte de Player’s Tribune, plateforme qui donne la parole aux athlètes et publie leurs lettres ouvertes. 

De plus, on pouvait retrouver Kobe dans son émission « Detail » sur ESPN+. Il décorticait les actions offensives et défensives des joueurs de la NBA, comme Klay Thompson et Jayson Tatum. Il leur donnait des conseils d’expert pour améliorer leur jeu.

On aurait tellement voulu voir d’autres projets de la légende des Lakers mais qui sait, son épouse Vanessa reprendra peut-être le flambeau et fera vivre la mémoire de son mari, qui comme le nom de sa compagnie est « Greater Than Infinity ».


5. Chris Paul

(Photo Credit : Art Steiber / ESPN The Magazine)

On peut ajouter Chris Paul à la liste des producteurs de contenu de la NBA. Fondateur de Oh Dipp!!! Productions, il avait présenté le documentaire « Crossroads » au Tribeca Film Festival. Ce projet raconte le parcours et les difficultés des enfants de Caroline du Nord à réaliser leur rêve de jouer à lacrosse, sport très peu répandu dans la culture afro-américaine. Il a été diffusé sur ESPN en 2018.

L’année dernière, CP3 s’est joint au champion de Formule 1 Lewis Hamilton, au tennisman Novak Djokovic et au réalisateur de « Titanic » et « Avatar », James Cameron pour le documentaire « The Game Changers ». On y voit plusieurs athlètes, des professionnels de la santé, de la nutrition et des chercheurs parler de la transition des sportifs vers une alimention végétalienne et ses bienfaits.

Davantage de contenu TV et digital devrait être proposé par Oh Dipp!!! qui a signé un partenariat de développement et de production avec Big Fish Entertainment (Groupe MGM).


6. Dwyane Wade

(Photo : Way of Wade)

En 2017, Dwyane Wade et sa société 59th & Prairie Entertainment (nom de l’intersection où a grandi le basketteur) ont fait naître le film « Shot In The Dark » sur la Orr Basketball Academy de Chicago, ville natale du numéro 3 du Heat.

L’année dernière, D-Wade était associé-producteur du film d’animation « Hair Love », racontant l’histoire d’un père de famille souhaitant aider sa fille à être fière de ses cheveux crépus. Ce court-métrage de Matthew A. Cherry a remporté un Oscar en 2019. En plus de cela, la société de Wade a obtenu un beau contrat avec WarnerMedia.

59th & Prairie sortira également « A Most Beautiful Thing » Narré par le rappeur Common, le documentaire raconte la formation d’une équipe de basket consistuée de lycéens issus de gangs rivaux. 

Cette année, D-Wade devrait aussi proposer la série « Legacy » qui suivra le parcours de jeunes athlètes ayant la particularité d’avoir un parent ayant lui-même été sportif de haut-niveau.   


7. Tony Parker


(Photo : Tony Parker / Tissot)

Depuis 2017, Tony Parker est l’actionnaire majoritaire d’Infinity Nine Media (anciennement connu sous le nom Equinoxe Création), une société de production, animation et communication lyonnaise. A travers cette dernière, il a produit le documentaire « Tony Parker : Le Bâtisseur » , traitant de son après-carrière, de ses projets, de ses side hustles.

Parmi eux, on compte donc la production de contenu. Tony était déjà actif dès 2016, lorsqu’il a pris part au film « Naissance d’une nation » de Nate Parker. Ce long-métrage récompensé au Festival Sundance par le Grand Prix du Jury et le Prix du Public en 2016, retrace l’histoire de Nat Turner, un Afro-américain qui a organisé une révolte des esclaves en Virginie, après s’être rendu compte que son aptitude à prêcher la Parole de Dieu était utilisée pour avilir les membres de sa communauté.

Tony a remis le couvert les années suivantes avec « The First To Do It », un documentaire sur Earl Lloyd, le premier Afro-américain à intégrer la NBA et avec « Amateur » , un film de Netflix sur le AAU basketball.

La ligne cinématographique de TP est très diversifiée. En effet, il était producteur exécutif de films d’action comme « Evasion » avec Sylvester Stallone et Dave Bautista, des comédies comme  « Meet The Blacks » avec Mike Epps ou encore du drame « Selah and The Spades » ainsi que du film policier « Night Hunter« .

Cependant, il n’oublie pas ses fans dans ses productions, pusqu’il y aura la diffusion de « Tony Parker Confidentiel » sur TMC le 24 mars prochain. Ce documentaire nous plongera dans la vie de TP, notamment lors de sa dernière saison en NBA.


8. Kareem Abdul-Jabbar

(Instagram : @kareemabduljabbar_33)

Kareem Abdul-Jabbar fait partie des figures du sport qui se sont battues pour les droits civiques des Afro-américains et dont l’activisme est encore reconnu et admiré de nos jours.

Ainsi, en 1994, il avait produit le téléfilm « Au Nom de la Justice« , relatant l’histoire de Vernon Johns, le pasteur Afro-américain devenu le père de la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis.

En 2010, le Hall of Famer était producteur executif et scénariste de « On The Shoulder Of Giants : The Story Of The Greatest Team You Never Heard Of« . Il s’agit d’un film documentaire sur le parcours des Harlem Rens. Cette équipe de basket uniquement consistuée de joueurs Noirs était très performante et était devenue un exemple pour la jeunesse des années 1930 malgré un contexte politique défavorable lié aux tensions raciales persistantes.

Jabbar est allé jusqu’à produire 8 épisodes de la série « Veronica Mars » renouvelée en 2019 après avoir été populaire au début des années 2000.

Le meilleur scoreur de tous les temps reviendra cette année avec un nouveau projet intitulé « Black Patriots« . Ce documentaire mettra en lumière le rôle des Afro-américains qui ont pris part à la Guerre d’Indépendance des Etats-Unis, car leur existence n’est pas mentionnée dans les livres d’Histoire.


9. Shaquille O’Neal

(Instagram : @shaq)

Shaq était producteur exécutif des films dont il  avait le rôle principal dans les années 1990 :  « Kazaam » et « Justicier d’acier« , ce qui lui a permis d’avoir un plus grand contrôle créatif sur ces derniers.

En 2007, O’Neal a produit et animé « Shaq’s Big Challenge« , une émission de télé-réalité dans laquelle il aidait les jeunes floridiens à perdre du poids.

On sait que le Big Fella met un point d’honneur à apporter rire et bonheur au public. Il produit donc depuis 2009 le « All-Star Comedy Jam« . Il s’agit d’un show de stand-up dans lequel sont mis en valeur des humoristes tels que Mo’Nique, D.L. Hugley, Mike Epps ou encore Lil Rel Howery.

Shaq était aussi à la production de « This Magic Moment« , documentaire 30 for 30 sur ESPN et du film « Steps« , un long-métrage relatant l’histoire d’un homme au parcours de vie difficile, qui finit par se remettre sur le droit chemin après avoir trouvé la foi.

On compte également deux documentaires dans le portefolio audiovisuel du Shaq. Il y a d’une part « Killing Bees« , qui se penche sur une équipe de basket des Hamptons qui se distingue en tant qu’institution pour les jeunes Afro-américains. D’autre part, il y a « A Week In Watts » qui suit six étudiants boursiers dans le programme « Operation Progress » de l’école privée de Watts. Ils sont la particularité d’être mentorés par des membres de la police de Los Angeles. Ce thème tient à cœur au Shaq car il est lui-même policier à temps partiel en Floride.


Mentions spéciales :

Kevin Garnett était l’animateur et le producteur du show « Area 21 ». Diffusée en 2018 et 2019 sur NBA on TNT, l’émission proposait des entretiens exclusifs, des interviews avec des invités tels que Gary Payton, Jimmy Butler, Sue Bird ou encore Candace Parker, des débats et des mini-documentaires signés KG.

Derrick Rose a lui obtenu un Emmy Award en 2019 pour la production de son documentaire « Pooh : The Derrick Rose Story ». Ce projet retraçait son parcours de vie, des rues d’Englewood à Chicago, jusqu’aux sommets de la NBA avec son titre de MVP en 2011, sans oublier les difficultés liées à ses blessures, qui ont failli lui coûter sa carrière.

Blake Griffin, qui est comédien à ses heures perdues, a produit « Comedy by Blake Griffin », une série de vidéos comiques pour le compte de Funny or Die. Le basketteur s’est ensuite tourné vers d’autres projets comme le remake du film de 1992,  « White Men Can’t Jump » ou la suite du film d’animation « The Rockeeter ». BG a d’ailleurs fondé sa société de création « Mortal Productions », avec Ryan Kalil, joueur de la NFL.


Sources : ESPN / IMDB / New York Times / The Hollywood Reporter / Variety / The Undefeated / Shadow & Act / AlloCiné

Tracy Ezeli

Basketball Junkiie & Rédactrice @dunkiin_fr + Bloggeuse & Motivational Writer @thatmoodswing