Les side hustles des joueurs de la NBA

Après avoir étudié l’activité de Stephen Curry, Serge Ibaka et Evan Fournier sur YouTube, il est temps de présenter les autres businesses des basketteurs lorsqu’ils sont loin des parquets.

C’est ce que nous allons appeler les « side hustles » des joueurs de la NBA, soient leurs activités ou carrières professionnelles parallèles au basket, dont voici un florilège.


 Dans la catégorie musique 

1. Le rap

Quand on pense à la musique et au basket, on pense forcément au hip-hop. C’est aujourd’hui le genre musical le plus populaire sur la scène mainstream et il est indissociable de la NBA depuis qu’Allen Iverson en a démocratisé le lifestyle dans la ligue, au début des années 2000.

Le lien entre hip-hop et basketball est tellement fort que des joueurs ont tenté de passer de l’autre côté de la culture urbaine, en se lançant dans le rap. 

A l’instar de Kobe Bryant, Shaquille O’Neal et Allen Iverson, beaucoup se sont essayés au emceeing, avec plus ou moins de réussite. Les plus prolifiques dans le domaine à l’heure actuelle restent Iman Shumpert, Marvin Bagley III mais surtout Damian Lillard. En effet, Dame D.O.L.L.A. a déjà trois albums à son actif et des singles à succès tels que « Dre Grant », « Bigger Than Us » et « Money Ball ».

2. La production de musique 

Parmi les producteurs de musique, on compte Larry Sanders, ancien pivot des Milwaukee Bucks qui s’était éloigné des parquets afin de résoudre ses problèmes d’anxiété et ses tendances dépressives. Une fois sa santé mentale rétablie, il s’est consacré à ses passions : la mode, la photographie et la musique. Il a ainsi été amené à travailler avec des rappeurs et notamment avec PARTYNEXTDOOR, pour lequel il a produit « Don’t Run » sur l’album « P3 ».

LeBron James a récemment suivi le même chemin : il a produit les morceaux de 2 Chainz sur son dernier album « Rap Or Go To The League ». Pour l’anecdote, « Money In The Way » de Tity Boi, est le générique de l’émission télévisée de King James.

3. Le deejaying 

Rony Seikaly était une star du Miami Heat avant de passer par les Warriors et par les Nets. Le pivot d’un 2m11 tournait à 14.7 points et 9.5 rebonds de moyenne entre 1988 et 2000. C’est finalement dans la musique qu’il s’est reconverti, devenant un DJ reconnu à l’international. Il a par ailleurs sorti son projet « Practice » cet été. 

Shaquille O’Neal s’est également pris au jeu du deejaying. En effet, il était récemment en Belgique, à l’occasion du festival Tommorowland, lors duquel il a fait un set sous le nom de DJ Diesel. En début d’année, Shaq a également contribué au single EDM de NGHTMRE et Lil Jon, intitulé « BANG ».

Dans la catégorie cinéma 

4. La comédie (acting) 

Saviez-vous que Blake Griffin avait l’un des rôles principaux dans le film « The Female Brain » en 2018 ? Et bien sachez que l’ailier des Pistons est acteur à ses heures perdues. Ce fut également le cas de Kyrie Irving et Kevin Love dans « Uncle Drew », de Shaquille O’Neal et Penny Hardaway dans « Blue Chips » ou encore de Kareem-Abdul Jabbar dans « Le jeu de la mort » avec le légendaire Bruce Lee. 

On se rappelle évidemment de Ray Allen dans le rôle de Jesus Shuttlesworth dans le classique « He Got Game » avec Denzel Washington et de Michael Jordan dans l’iconique « Space Jam », dont LeBron James a tourné le deuxième volet cet été.

5. La production de contenu multimédia 

LeBron James et Maverick Carter (Source : Hashtag Sports) 

Les joueurs de la NBA ne souhaitent pas tous être des stars de cinéma, mais certains veulent tout de même s’impliquer dans l’industrie. Afin d’utiliser au mieux la notoriété que leur donne la grande ligue, l’élite du basket américain a infiltré Hollywood dans le but d’y faire produire des films et des documentaires. Les sujets abordés sont évidemment le sport, mais aussi des thèmes qui leur tiennent à coeur, comme la culture urbaine, les droits civiques ou encore la foi chrétienne

LeBron James a fondé « SpringHill Entertainment » avec son acolyte de toujours, Maverick Carter. Leur objectif est de proposer différents types de contenus tels que l’émission « The Shop » ou des documentaires comme « What’s My Name : Muhammad Ali ». Ils ont d’ailleurs eu à leur charge la production et le contrôle créatif de « Sous les feux des projecteurs », dans le mode « Ma Carrière » de NBA 2K20

D’autres joueurs comme les MVP Kevin Durant et Stephen Curry ont également fondé leurs sociétés créatrices. Avec d’une part « Thirty Five Media » et « Unanimous Media » de l’autre, ils sont respectivement à l’origine de productions telles que « Swagger », retraçant la carrière AAU de KD et d’« Emmanuel », un documentaire sur la tuerie dans une Eglise de Charleston dans l’état natal du meneur de Golden State. 

Dans la catégorie divertissement 

6. La télévision 

La chaîne NBA on TNT a l’honneur d’avoir l’un des meilleurs parquets de consultants dans son émission « Inside The NBA ». Dans le roaster, on retrouve Shaquille O’Neal, Charles Barkley, Kenny Smith et Earnie Johnson. Ce quatuor fait les beaux jours de la télévision câblée aux Etats-Unis et nous propose des segments très divertissants comme le bêtisier « Shaqtin’ A Fool » ou encore « EJ’s Neat-O Stat » et « Audio Toon ». en plus d’analyses approfondies sur les matches. Nous sommes obligés de mentionner « Open Court » qui permet aux anciennes gloires de la NBA de se rassembler et d’échanger sur des sujets donnés tels que la meilleure décennie de la NBA ou bien les meilleurs joueurs sans titre de champion. Par ailleurs, ce show regorge d’anecdotes drôles et croustillantes sur nos joueurs préférés. 

Sur la même chaîne, Kevin Garnett avait également son émission « Area 21 », tandis que Kobe Bryant décortique la palette de jeu des athlètes NBA dans son segment « Detail » sur ESPN+.

Puis, il y a LeBron James, le seul joueur actif qui possède sa propre émission de télévision. « The Shop » est diffusée sur la chaîne HBO

7. Le stand-up 

Quand on parle de stand-up américain, de grands noms résonnent dans nos têtes. On pense directement à Jerry Seinfeld, Chris Rock, Dave Chapelle ou Kevin Hart. A tous ces noms, vous pouvez désormais ajouter celui de Blake Austin Griffin. En effet, la star des Pistons a dévoilé ses talents de comédien en 2014, en montant sur scène pour déclamer quelques vers de « Slam Dunk Poetry » sur son bobblehead ou sur son mouthpiece. L’année dernière, il a également fait une « Roast Battle » (clash consistant à détruire verbalement son adversaire avec les meilleures blagues et punchlines possibles) contre le comique américain Jeff Ross. 

Le coéquipier de Sekou Doumbouya a bien réussi dans son side hustle puisqu’il a son propre segment « Comedy by Blake Griffin » sur la chaîne YouTube « Funny or Die ».

Dans la catégorie art 

8. La mode 

Russell Westbrook dans les rues de Paris, à l’occasion du défilé Louis Vuitton en juin dernier

Lorsqu’on parle de NBA fashion game, on retrouve évidemment Russell Westbrook, dont le style vestimentaire ne laisse personne indifférent. Il est invité à toutes les Fashion Weeks internationales et il est même devenu bloggeur mode pour Vanity Fair. Ami de la papesse de la mode, Anna Wintour, Russ a en plus eu l’occasion de faire une collection capsule en collaboration avec Barneys

Ensuite, il y a le jeune retraité Dwyane Wade, qui n’a cessé d’apporter classe et élégance à la ligue, tant bien sur les parquets qu’en dehors. Il a créé sa marque « The Tie Bar » qui commercialise des cravates, chaussettes et autres boutons de manchette.

On peut poursuivre avec P.J. Tucker, devenu l’icône des sneakers de la NBA, tant il possède de paires et ne se laisse jamais doubler dans le sneaker game par ses pairs.

On peut également citer, LeBron James, Iman Shumpert, Nick Young, qui savent aussi de quoi ils parlent en termes de mode. 

9. La photographie 

Boris Diaw présentant son livre « Hoops to Hippos » – Photo credit : National Geographic 

Parmi les loisirs des joueurs en dehors des terrains, on compte aussi la photographie, pratiquée par Tyson Chandler et par notre Babac national.

Lorsqu’il était chez les Spurs, Boris Diaw avait même ouvert un studio photo dans le Texas.

En 2015, Boris a l’eu l’opportunité de collaborer avec National Geographic pour le livre pour enfants « Hoops To Hippos », dans lequel il partageait ses photographies d’animaux, prises lors de ses nombreux safaris en Afrique

Dans la catégorie business 

10. L’entrepreneuriat 

Tony Parker, Président de l’ASVEL Lyon-Villeurbanne – Photo : Basket Europe 

Parlons affaires. En plus d’être connu comme le meilleur meneur de l’histoire, Magic Johnson est reconnu comme étant un businessman aiguisé. A travers « Magic Johnson Enterprises », il possède des franchises telles que Starbucks, Burger King et 24 Hour Fitness. Il est également le propriétaire des équipes MLB et WNBA de Los Angeles, les Dodgers et les Sparks

Parmi les propriétaires de franchises sportives, on retrouve Michael Jordan à la tête des Charlotte Hornets. On ne présente plus la Jordan Brand dont il est le fondateur, mais saviez-vous qu’il possédait également six restaurants et un concessionnaire automobile ? Après avoir été un excellent basketteur, MJ s’est avéré être un excellent homme d’affaires, puisqu’il est aujourd’hui milliardaire. 

Du côté français, Tony Parker est l’heureux propriétaire du club de Villeurbanne depuis 2014. Il était évident qu’en prenant sa retraite, TP allait se consacrer davantage à sa franchise de cœur. C’est d’ailleurs ce qu’il a fait en réussissant à se rapprocher de l’Olympique Lyonnais, qui va verser 3,4 millions d’euros à l’ASVEL, de quoi leur donne les moyens de dominer la Jeep Elite et le basket européen.

Le process a déjà commencé puisque les équipes masculine et féminine ont toutes les deux remporté le titre de champion de France. Nicolas Batum s’est aussi impliqué dans le projet avec son ami, en devenant Directeur des Opérations Basket de l’ASVEL Lyon-Villeurbanne.

11. La restauration 

Repas servi chez Clyde Frazier’s Wine & Dine (Photo : Jvandres_) 

Pour se diversifier, les stars de la NBA n’ont pas hésité à s’investir dans la restauration, à travers des franchises ou bien en créant leurs propres enseignes. 

Parmi les plus reconnues et les mieux notées, il y a la chaîne de restaurants haut de gamme du GOAT : Michael Jordan’s Steak House, que l’on peut retrouver à Chicago, à New York et dans le Connecticut.

Dans la Big Apple, vous aurez aussi l’occasion d’entrer dans l’univers gastronomique de Walt Frazier à travers son Clyde Frazier’s Wine & Dine, qui, vous pouvez en être sûrs, est tout aussi raffiné et atypique que l’icône NBA qui l’a créé. 

Charles Oakley, une autre légende des Knicks, faisait un cours itinérant qui l’amenait à se rendre chez ses fans pour leur cuisiner un repas.

Du côté de Seattle, Gary Payton possède The KingFish Café alors que Nate Robinson est le propriétaire de Nate’s Wings & Waffles, très populaire et réputé pour ses plats simples mais indéniablement bons. 

On peut également mentionner Shaq, qui possède des franchises Five Guys Burgers & Fries ou encore le Giordano’s Pizza de Derrick Rose situé à Chicago, ville dans laquelle la pizza est une véritable institution. 

Tracy Ezeli

Basketball Junkiie & Rédactrice @dunkiin_fr + Bloggeuse & Motivational Writer @thatmoodswing

3 réflexions au sujet de « Les side hustles des joueurs de la NBA »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s