Jersey of the week #2 – Alonzo « Zo » Mourning

Aujourd’hui on s’attaque à un des jerseys de ma franchise de coeur. Pour cela on va s’intéresser à un de mes joueurs préférés all-time, un défenseur infatigable, prêt à tout pour défendre ses couleurs, capable de tourner en 20/10 les yeux fermés. Hall of famer, rookie de l’année 1993, 7 fois all star et 2 fois meilleur défenseur : le Zo, Monsieur Alonzo Mourning. Son maillot au numéro 33 trône fièrement au plafond de l’American Airline Arena.

1995-2002 :

Durant ses 7 premières saisons en Floride Zo va confirmer les espoirs placés en lui lors de ses 3 exercices à Charlotte. All star 5 fois, 2 fois meilleures contreur et 2 fois DPOY cette période marque définitivement le prime de Zo. Pendant ces 7 années il évoluera avec son pote Tim Hardaway et ensemble ils connaîtront des campagnes de playoffs mythiques. Entre Upset, finale de conférence et bagarre très virile partons découvrir 3 dates clés dans la carrière de Mourning.


Le 20 mai 1997 : premières finale de conférence

Mourning, Hardaway, Mashburn, Majerle et toute la clique remportent 61 victoires et terminent deuxième à l’Est derrière les bulls de Jordan en quête d’un back-to-back. Hardeway tourne en 20 points 10 passes et 2 steals, Zo quant à lui tourne en 20 points 10 rebonds et 3 contres. L’axe domine toute la NBA et les hommes de Pat Riley n’encaissent que 89,3 points par matchs, soit la 3ème meilleure défense de l’époque. Moins de 90 points encaissés : difficilement envisageable aujourd’hui …

Une fois au printemps, le Heat affronte le Magic et remporte le derby Floridien en 5 matchs 3-2 (le premier tour des PO était au meilleur des 5 matchs à l’époque) puis retrouve sur son chemin les Knicks, 3ème. Les deux équipes se rendront coups pour coups et iront jusqu’à un game 7 qui verra pour la première fois une des deux équipes dépassés les 100 points. Ambiance barbelés. Lourdement sortis d’une série intense, le Heat se retrouve incapable face aux taureaux d’un Jordan exceptionnel : 30 points 8 rebonds sur la série. Le Heat est stérile face aux tranchées qu’a mis en place Phil Jackson et ne dépasse pas la barre des 80 points qu’à deux reprises.


Le 30 avril 1998 : game 4 du premier tour de playoff : Heat 2ème VS Knicks 7ème

Sur un rebond anodin, le pivot du Heat se retrouve au combat avec Larry Johnson son ancien coéquipier de Charlotte avec qui le courant n’est jamais très bien passé. Une poussette chacun, suivi d’un coup d’épaule engagé et les deux colosses se décochent droites sur droite. Tout le monde tente de les séparer. Tout le monde surtout Jeff Van Gundy, coach de la big Apple de l’époque qui saute sur les deux hommes pour les calmer et se retrouve trainer à la jambe de Mourning qui continue de se battre malgré les efforts de ses paires. Difficile d’arrêter un bébé de 2 mètres 8 et 108 kilos. Cette bagarre est devenue iconique mais n’est pas étonnante en vue du passé des deux joueurs : un début aux Hornets qui s’est très mal passé, un affrontement en playoff en 1997 qui ira jusqu’au game 7.

N’oublions pas que la rivalité Miami-New York est une des plus grande de la fin des années 90 lancé par le départ de Pat Riley en Floride après 4 saisons dans la ville qui ne dort jamais. Les deux équipes se sont affrontées 3 fois en 3 ans entre 97 et 99.


Le 16 mai 1999 : lockout et upset

Toujours au sommet de la conférence Est, Miami remporte 33 matchs des 50 de la saison; Lockout oblige. Pat Riley fait du Heat une équipe plus polyvalente qui finit 9ème meilleur attaque et 8ème meilleur défense. Arrivés remontés comme jamais en playoff, les floridiens tombent face au huitième de la conférence Est : l’ennemi New-yorkais. Pour la 3ème années de suite Miami compte bien réduire en bouilli la racaille des Knicks. Mais un gros problème se pose : les Knicks jouent avec un immense coeur; et malgré les 20 points et 10 rebonds de Mourning Miami ne trouve pas la solution. Le game 5 sera absolument irrespirable : 78-77. Houston crucifiera le Heat à 0,8 secondes du terme. Les Knicks iront jusqu’aux finales cette année là.

Sneakers

Cette semaine, on ne vous propose pas d’outfit (même si le combo hoodie noir sous le maillot + jean noir marche toujours) mais une compilation de sneakers qui match parfaitement avec le maillot.


Le choix de Tracy ( @TresLy_) : Les Jordan XI Bred

Un modèle plus que classique pour un choix qui parait évident. La plus belle paire de Jordan de l’histoire propose une base noire une semelle intérieure blanche et une semelle extérieure rouge. C’est donc un match parfait avec le maillot vintage du Heat. Le Jumpman rouge, le devant feutré et la semelle ondulé nous offre un spectacle pour les yeux et les pieds. De plus plutôt que de vous la procurer hors de prix chez un revendeurs, attendez le 14 décembre 2019 pour la réédition du modèle. Après le coloris Concord en décembre 2018 la marque du propriétaire de Charlotte continue son chemin de la réédition des classiques. Vous pourrez la retrouver à 200 euros sur le site de Nike ou d’autres revendeurs comme End ou foot shop. Ou même au Bshop de Lille qui normalement devrait avoir une dizaine de paire.

( source photo : lesitedelasneaker.com )
( source photo : sneakerbardetroit.com)

Le choix de Corentin ( @htown_13_ ) : Les Jordan VI infrared

 Le 12 juin 1999, Michael Jordan remporte son premier titre sur le parquet du United center. Le Larry O’Brien trophy d’une main, le Bill Russel  Trophy de l’autre mais surtout ces superbes Jordan VI infrared aux pieds his airness est prêt à régner sur la ligue durant les 8 prochaines années. Comme toutes les Jordan des années 90 le modèle est absolument mythique. Réédité récemment pour le all star game ( 16 février 2019 ) ce n’était que la 3ème réédition depuis la sotie initiale de 1991. On est certes loin des exploits sportifs de Zo qui avait à peine l’âge de boire de la bière à cette époque mais le match visuel est parfait. Difficilement trouvable à moins de 200 euros voici une petite liste de site où retrouver le modèle :     

  ( source photo : thesolesupplier.co.uk )
Google Image

Le choix d’Hugo ( @miniEuch ) : les nike air Alonzo
( source photo : sneaker news.com
( source photo : niketalk.com)

 On part cette fois à la découverte d’un modèle bien moins connu du grand public, forcément quand on pas des jumpman sur la chaussure ça fonctionne moins bien. Éditée en 1997 il s’agit de la signature shoe de notre joueur du jour. Une sorte de paquebot pour intérieur solide des années 90. Un modèle beaucoup plus dur à porter en ville mais également beaucoup plus dur à copier. Les plus chanceux les trouveront sur Ebay aux alentours de 150 euros. Mourning reçoit donc un modele de Nike Air exclusif pour lui, on retrouve sur le talon le logo ZO et sur les deux plus hauts oeillet le numéro 33 gravés dans le métal. La base est en cuir noir épais comme la languette et l’intérieur de la chaussure; la semelle intérieure quant à elle rappelle la Jordan XI éditée un an auparavant. Et un petit Swoosh blanc vient raffiner le modèle en dessous de la malléole.  Finalement, le modèle le moins connu s’avère être les sneakers correspondant au mieux à notre jersey et à notre Big Fella du jour.


Le choix de Romain ( @lbjxbs ) : Les LeBron XVI Hot Lava White
( source photo : solecollector.com
( source photo : newsjordans2018.com )

 On part ici sur un modèle plus performance et moins streetwear que les autres. Disponible sur le nike store à 190 euros il s’agit probablement des meilleures chaussures de basketball à l’heure actuelle. Très polyvalente avec une finition très premium, les LeBron 16 sont à l’image du king. On a choisi un coloris plutôt récent, qui rend hommage aux anciennes chaussures de tennis de Andre Agassi éditées en 1991 : la Nike Air Tech challenge 2 Hot Lava. Loin de nous l’idée de porter le jersey de Mournig sur de la terre battue mais la base blanche, le Swoosh rouge et le talon noir tacheté de rouge match parfaitement avec notre maillot du jour. Au-delà du coloris, du match avec le maillot et des superbes chaussures de basket que sont les LeBron 16 on apprécie grandement la finition de la semelle extérieure sous le talon qui forme le king en train de dunker. 


Le choix de Samuel ( @HackADede ) : les air yeezy 2 red October

 Changement de style, changement de budget et changement de monde : notre fashion Guy, Samuel, nous propose un modèle très P.J Tucker. On retourne sur un modèle plus streetwear bien que l’ailier des Rockets les ait déjà portée durant un match. Un modèle issu directement de la collaboration entre Nike et Kanye, sorti en 2012 initialement le coloris red October est lui sorti en octobre 2014. On est donc face à une paire high entièrement rouge avec seulement le bout du lacet doré. Modèle très prisé des fins gourmets de la sneaker les prix peuvent facilement dépasser la barre des 5000 euros. On la retrouve aujourd’hui sur Stockx pour environ 8000 euros.  A ce prix là heureusement qu’elles se voient de loin. Et finalement ça serait peut être lui le modèle qui colle le mieux avec notre maillot du jour. Surement pas à Zo Mourning mais bien à la ville de Miami entière et sa fame infatigable. 

(source photo : folkr.fr )
(source photo : youtube.com )

Romain Basquin

Je déteste Kevin Durant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s